En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Rechercher par mot clé
 
Fermer

C'est avarmoiries_du_bearn.gifec plaisir que nous vous accueillons en Béarn, sur le site de la Mairie de Saint-Jammes !
Inscrivez-vous à la "Lettre d'Informations" pour être directement informé des nouveautés publiées sur le site et des nouvelles informations communales.
Consultez l'Agenda de la Commune pour connaître les évènements à venir.

Christian Castéran, Maire de Saint-Jammes

Texte à méditer :   Nombre d'habitants à Saint-Jammes : 649 Superficie 4,05 km2   
Texte à méditer :   Son nom béarnais est Sent-Jacme.   
Texte à méditer :   Saint-Jammes origine Saint-Jacques, sur la route de St Jacques de Compostelle.   
Texte à méditer :   Mr Christian Castéran est le maire de la commune.   
Texte à méditer :   Coordonnées 43° 21′ 29″ Nord 0° 14′ 55″ Ouest Altitude Min. 237 m – Max. 306 m   
Texte à méditer :   Arrondissement  : Pau  Canton : Morlaàs   
Texte à méditer :   Intercommunalité  : Communauté de communes du Pays de Morlaàs   
Vous êtes ici :   Accueil » ???
 

► A ne pas manquer !

(depuis 30 jours)
Nouvelles
 ↑  

Services Administratifs

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.mairiedesaintjammes.fr/data/fr-articles.xml

LES MARTYRS DE SAINT-JAMMES

jeann_dalbret.jpgAux alentours des années 1500, les guerres de religion n'auraient guère eu de répercussions en Béarn si Jeanne d'Albret n'avait existé. En effet, de tout temps, catholiques et protestants cohabitaient pacifiquement à Morlaàs et son "Parsan", mais la mère de notre souverain Henri III et futur Roi de France Henri IV, était une enragée calviniste et vouait aux catholiques une haine féroce.

C'est à cet effet qu'elle fit venir en Béarn, le Capitaine Montgomery et sa troupe de mercenaires, le 3 avril 1569.
Gabriel, Comte de Montgomery, ancien capitaine de la Garde Ecossaise du Roi de France, fut banni et chassé de la cour après avoir tué accidentellement (d'un coup de lance qui lui perça l'oeil à travers la visière du heaume), le Roi de France Henri II au cours d'un tournoi en 1559.

montgommery.jpg
Gabriel de Montgommery

Il embrassa la cause protestante et mit son épée au service de Jeanne d'Albret, et vint dans notre région, semant la désolation et la terreur : il mit Morlaàs à feu et à sang, incendiant l'église Sainte-Foy, l'église Saint-André, le couvent des Cordeliers, le couvent des Jacobins, le cloître des Frères Prêcheurs, la chapelle de Sainte-Lucie (lieu de culte primitif de Morlaàs avant l'édification de Sainte-Foy) et enfin la chapelle de Berlanne, sanctuaire situé en bas des contreforts de Morlaàs vers Pau.

Montgomery et ses soudards ne laissèrent que ruines et destructions à la place de tous les édifices religieux de notre région. Mais la fureur de cette troupe sanguinaire ne s'arrêta pas aux seules destructions matérielles.

Le 28 janvier 1570, la trop fameuse ordonnance qui décréta "l'abolition de l'exercice de la religion romaine" allait permettre à Montgomery de traiter en rebelles, c'est-à-dire de mettre légalement à mort, tout ecclésiastique enfreignant la "défense de fréquenter le païs".
Dès les premiers mois de l'année 1570, il n'existait plus de communauté religieuse organisée en Béarn.
guerre_religion.jpgA partir de cette date, les troupes huguenottes s'attaquèrent à tout ce qui portait soutane et l'annonce de massacres de réguliers ou de séculiers parvint à Morlaàs, de contrées plus lointaines où sévissaient ces troupes. Aussi, les religieux ayant du fuir leurs locaux ravagés avaient-ils trouvé refuge jusqu'à cette date dans des maisons amies, tant à Morlaàs qu'à Saint-Jammes, mais après la promulgation de l'Ordonnance de 1570, nos religieux abandonnèrent ces refuges afin de ne pas exposer leurs bienfaiteurs aux vindictes des calvinistes.
Ils s'en allèrent, munis de leurs maigres bagages, dans les forêts profondes qui recouvraient à cette époque la majeure partie de notre territoire. Ainsi, Frère Jean Fargali (Supérieur du couvent des Cordeliers de Morlaàs), Frère Antoine de Rosa et Frère Antoine de Wiliers (tous deux novices au même couvent), s'étaient enfuis dans les bois entre Morlàas et Saint-Jammes dans la crainte du sort que leur aurait fait subir l'ennemi.

Ils étaient assurés de ne pas manquer de boisson, la Souye et le Biarré qui traversaient ces forêts leur fournissant de l'eau en abondance. Quant à la nourriture, quelques âmes pieuses et connaissant leur retraite, ne manquaient pas de leur porter un peu de victuailles. Mais ceci ne pouvait pas durer, leur manège était visible et ces personnes se mettaient elles-mêmes en grand danger. C'est ainsi qu'au coeur de l'hiver, ne recevant plus d'aide de leurs fidèles, les pauvres malheureux n'eurent plus rien à se mettre sous la dent et n'osant pas quitter leur refuge, ils moururent tout doucement de faim.

Deux autres religieux, le Frère Auger de Montaut (Prieur du couvent des Dominicains de Morlaàs) et le Frère Raymond du Plan (prédicateur et Supérieur du couvent des Frères Prêcheurs) s'étant enfuis dans la forêt de Lahitau à Morlaàs, furent capturés par les huguenots : le Frère Auger de Montaut fut mis à mort de plusieurs coups d'arquebuse, et le Frère Raymond du Plan fut saisi, on lui arracha les yeux, on les lui fit manger et, pour terminer, on l'acheva à coups d'épée.

Le Pape Saint-Pie V ordonna que leurs actes fussent insérés parmi les pièces du châpitre général de l'ordre tenu à Rome en sa présence en l'an 1571 (actes conservés aux Archives Générales de l'Ordre de Saint-Dominique à Rome et communiqués par le Père Coulon, archiviste de l'Ordre, à l'Abbé Dubarat pour son ouvrage "Le Protestantisme en Béarn" édité à l'imprimerie Vignancour à Pau en 1895).


Dernière modification : 27/07/2010 @ 17:58
Catégorie : -
Page lue 3240 fois

Vos enfants

ARIMOC à St Jammes

ARIMOC Béarn à Saint Jammes

Créée en 1974 à l’initiative de parents, L’ARIMOC du BÉARN (Association Régionale
des Infirmes Moteurs d’Origine Cérébrale) est une association militante. Elle compte   
environ 300 adhérents, accueille 194 résidents et emploie 220 salariés.  

Il s’agit d’une association loi 1901, déclarée d’intérêt général.

SESSAD

Le  Service d'Education Spéciale et de Soins à Domicile a pour mission  d'accompagner

des enfants et adolescents atteints de troubles spécifiques des apprentissages :

dysphasie, dyslexie, dyspraxie.

Pour en savoir plus : http://www.arimoc.fr/

Consignes de tri sélectif

►COMUNIQUÉ du SIECTOM

Consignes de tri

Cliquez sur l'image pour voir (.pdf)

tri_siectom.gif

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter
le service communication du SIECTOM :
Tél : 05.59.04.89.26
E-mail : siectom.coteaux[at]orange.fr
Site Internet : siectom.jimdo.com

Galerie

Inscription

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  2120361 visiteurs
  41 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 5 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
28 Abonnés
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...